INTRODUCTION À LA CONFRONTATION ARTISTIQUE

La confrontation artistique

Beaucoup de gens ne sont pas intéressés par les arts plastiques. Les statistiques montrent que plus de 70 pour-cent de la population hollandaise ne va jamais voir d’exposition ou n’entre pas dans un musée. Un grand nombre de ces musées ou galeries sont remplis d’art moderne ; des œuvres qui expriment avant tout la réalité même de l’artiste. Ce sont des expérimentations libres, utilisant les couleurs, les lignes et les formes, et elles affichent un univers qui n’est pas évident pour tout monde. Ce que cet art libère est, en général, très éloigné de la réalité ordinaire des gens ; loin de leurs désirs, nécessités et problèmes. Ce n’est donc pas tellement surprenant si tant de personnes ne veulent rien savoir de l’art moderne. Ils n’en comprennent pas le sens. Les manifestations artistiques ne correspondent pas avec leur univers et ne leur proposent également aucune prise par rapport à la lutte quotidienne pour la vie.


La force imaginative que l’art est en mesure d’offrir, est mise de côté par notre société. Elle est écartée, car le public qui s’engage avec l’art est essentiellement limité à une couche supérieure et intellectuelle de la population. Les artistes sont reportés vers cette élite profondément attachée à l’art, souvent sans l’avoir choisi eux-mêmes. Dans les cercles progressifs on se demande, à juste titre, si l’art moderne n’est pas entièrement ramassé par la culture civile établie et de ce fait, rendu indestructible.


L’Association pour la Confrontation Artistique –surnommée KuKo- cherche de nouveaux terrains et des possibilités pour un emploi critique du langage visuel. Certaines caractéristiques de l’art, comme la mise en question de règles et de normes encroûtées ainsi que la recherche d’alternatives pour les situations existantes, peuvent être appliquées en tous lieux et par tout le monde. L’Association soutient délibérément les processus de changement dans la société et stimule les gens à concrétiser, par des moyens d’expression librement choisis, une nécessité ou un souhait collectif dans la réalité sociale.


Les forces de mouvance, dans l’Association de la Confrontation Artistique, sont Netty Gelijsteen et Rob Schrama. Depuis sa création, à la fin des années soixante dix, un tas d’activités efficaces et riches en couleur ont été menées ; autant avec les habitants, les groupes d’action, les syndicats et les squatteurs qu’avec le mouvement pour la paix..
Rob Schrama et Netty Gelijsteen sont invités par les académies et les universités -aux Pays-Bas et à l’étranger- afin de mettre la méthode KuKo en pratique avec les étudiants.


Les pages suivantes éclairent quelques unes de ces activités en pleine action ainsi qu’à travers les situations scolaires. Entre ces deux exemples de pratique, vous pourrez en lire plus sur ce qui concerne les points de départ de la confrontation artistique.

Description murale (peinture) à Diemen-près d’Amsterdam- pour protester contre une Amsterdam envahissante,

qui déborde de plus en plus sur les villages des alentours.


Des artistes s’opposant à la construction du Stopera d’Amsterdam.

 

 

 

 

 

 

HOME